assourdi

assourdi

⇒ASSOURDI, IE, part. passé et adj.
I.— Part. passé de assourdir.
II.— Emploi adj.
A.— [En parlant d'une pers.] Rendue sourde de façon passagère :
1. Guillaume fut comme éveillé en sursaut. Pris de la même anxiété, il tendit également l'oreille. Ils restèrent ainsi un instant, tous deux demi-courbés, assourdis et étouffés par les battements de leur cœur.
ZOLA, Madeleine Férat, 1868, p. 150.
B.— Plus fréquemment. [En parlant d'un inanimé] Dont le son, la sonorité, l'éclat sont fortement atténués.
1. [En parlant d'un son, d'un bruit] :
2. Relégué et verrouillé dans sa loge, à l'écart du monde, à peine percevait-il le va-et-vient de la basse-cour autour de lui, l'aboi étouffé d'un chien, le chant assourdi d'un coq...
PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 74.
P. métaph. :
3. ... Joseph entra de plain-pied, avec une tranquille aisance, dans un univers mystérieux, assourdi, étouffé par des tapis épais comme des toisons, par des tapis feutrés comme des prairies, ...
G. DUHAMEL, La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 142.
SYNT. Chant lointain et assourdi (ZOLA, Une Page d'amour, 1878, p. 918); choc assourdi; le pas assourdi d'un passant attardé (MURGER, Scènes de la vie de jeunesse, 1851, p. 195); voix d'un timbre assourdi (ESTAUNIÉ, L'Empreinte, 1896, p. 253).
MUS. [En parlant du timbre d'un instrument] :
4. ... quelque chose comme des moires lumineuses... s'élargissait, et des espèces de bruits indéfinissables, musique lugubre, il semblait, de tympanons voilés et de trompettes assourdies (...) pleuraient, ronflaient, ...
VERLAINE, Œuvres posthumes, t. 1, Histoires comme ça, 1896, p. 342.
♦ [En parlant d'un morceau de mus.] :
5. Mais dans le pacem, le dessin est à la fois plus assourdi et plus heurté que dans la freude, où il est très fortement appuyé, mais coule plus librement, sans se heurter et se replier, comme dans le dona, aux angles des troisième et sixième temps. La paix est loin d'avoir l'assurance de la joie.
R. ROLLAND, Beethoven, t. 2, 1928, p. 404.
2. [En parlant d'une couleur] :
6. La couleur rutilante du premier [Rubens] fait place à la sourde complaisance du second [Van Dyck] pour le noir et le blanc, pour les tonalités épuisées de l'automne : ors cuivrés, rouges assourdis et profonds, jaunes éteints viennent s'associer au froid des bleus. La chaleur des pleins midis d'été s'est changée en splendeurs mourantes du crépuscule et de l'arrière-saison. L'ombre monte et étouffe la clarté.
HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 296.
SYNT. Beige si pâle, si assourdi de la robe (DU BOS, Journal, 1927, p. 350).
3. [En parlant d'un parfum] Un parfum discret et assourdi (THEURIET, La Maison des deux barbeaux, 1879, p. 145).
C.— Au fig. (ou par synesthésie), rare. Dont la manifestation est atténuée. Sympathie assourdie (GRACQ, Un Beau ténébreux, 1945, p. 134).
PRONONC. :[].
STAT. — Fréq. abs. littér. :293. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 129, b) 301; XXe s. : a) 629, b) 595.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • assourdi — assourdi, ie (a sour di, die) part. passé. Assourdi par le fracas de la cataracte. •   Elle feint de parler, c est moi qui n entends goutte ; Le cousin de César est assourdi sans doute, SCARR. Dom Japhet, III, 4. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • assourdir — [ asurdir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1120; de 1. a et sourd 1 ♦ Causer une surdité passagère chez (qqn); rendre comme sourd. ⇒ abasourdir, étourdir. « L avion, dont le grondement l assourdit » (Martin du Gard). Ne criez pas si fort, vous m… …   Encyclopédie Universelle

  • étouffé — étouffé, ée [ etufe ] adj. • de étouffer 1 ♦ Asphyxié par étouffement. L enfant est mort étouffé sous ses couvertures. Étouffé dans l œuf. Par ext. Feu étouffé. ⇒ éteint. 2 ♦ Affaibli. Le bruit étouffé de ses pas. ⇒ assourdi, sourd. Cris, rires… …   Encyclopédie Universelle

  • sourd — sourd, sourde [ sur, surd ] adj. et n. • XIIIe; surt fin XIe; lat. surdus I ♦ 1 ♦ Qui perçoit mal les sons ou ne les perçoit pas du tout. ⇒Fam. sourdingue. « Ce bruit me rendit non tout à …   Encyclopédie Universelle

  • ASSOURDIR — v. a. Il se dit D un bruit très fort, très éclatant, qui cause une surdité passagère. Le canon, le bruit du canon l avait assourdi. Par exagér., Il criait à nous assourdir.   Il se dit également D un grand bruit qui ne permet d entendre aucun… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RUMEUR — Dans L’Énéide , Virgile parle de la rumeur, messagère de l’erreur et de la vérité, comme du plus rapide de tous les fléaux, qui va, répandant la terreur, et se fortifie en se diffusant. Ainsi, l’accent est il mis par le poète sur les trois traits …   Encyclopédie Universelle

  • SOURDINE — Appareil accessoire s’adaptant sur certains instruments à cordes ou à vent et qui permet d’en assourdir la sonorité. Faite de bois, de métal, ou d’ivoire pour les cordes, la sourdine est placée sur le chevalet et intercepte les vibrations de la… …   Encyclopédie Universelle

  • assourdissement — [ asurdismɑ̃ ] n. m. • 1596; de assourdir 1 ♦ Action d assourdir (qqn). L assourdissement du canon, causé par le canon. ♢ État d une personne assourdie. Mon assourdissement dura plusieurs minutes. 2 ♦ Amortissement des sons. « l assourdissement… …   Encyclopédie Universelle

  • chuintement — [ ʃɥɛ̃tmɑ̃ ] n. m. • 1873; de chuinter 1 ♦ Le fait de chuinter. Vice de prononciation consistant dans la substitution du son ch [ ʃ ] au son s [ s ] . 2 ♦ Par ext. Bruit continu et assourdi (⇒ sifflement) …   Encyclopédie Universelle

  • meubler — [ mɶble ] v. tr. <conjug. : 1> • XIIIe; de meuble 1 ♦ Vx Équiper, pourvoir. 2 ♦ (XIVe ) Mod. Garnir de meubles. Meubler une chambre pour la louer. Meubler sa maison. Elle a meublé la pièce d un lit et d une table. Son appartement est bien… …   Encyclopédie Universelle


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»